Croyances associées à la participation à une activité de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang chez des élèves de 4e et 5e secondaire

Contenu principal de l'article

Carol-Ann Lavoie
https://orcid.org/0000-0002-0375-0902
François Boudreau
https://orcid.org/0000-0002-8976-5362

Résumé

Introduction : Au Québec (Canada) au cours des dernières années, une hausse constante des cas de chlamydia et une croissance rapide de cas de gonorrhée chez les jeunes de 15 à 24 ans ont été observées. Le dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) asymptomatiques est un moyen de prévenir leur propagation. Or, malgré l’accessibilité aux services de dépistage des ITSS, incluant dans les milieux scolaires, le taux de participation des jeunes de 15 à 24 ans demeure modeste. Objectif : À l’aide de la théorie du comportement planifié (TCP), déterminer les croyances permettant de prédire l’intention des élèves de secondaire 4 et 5 de consulter l’infirmière scolaire pour participer à une activité de dépistage des ITSS en milieu scolaire. Méthode : Un total de 294 élèves de secondaire 4 et 5 ont rempli un questionnaire autoadministré qui incluait les construits de la TCP, en plus de la norme morale et du regret anticipé. Résultats : Les résultats des analyses de régression multiple montrent que 5 croyances sont davantage liées à l’intention des jeunes de participer à une activité de dépistage des ITSS, soit « être rassuré (si je n’ai pas une ITSS) », « perdre mon temps », « le soutien des personnes importantes pour moi », « peur d’avoir une ITSS » et « être gêné ». Discussion et conclusion : Les résultats suggèrent qu’une stratégie de communication ciblant 5 croyances spécifiques pourrait accroître l’intention des jeunes de secondaire 4 et 5 de participer à une activité de dépistage des ITSS.

Renseignements sur l'article

Rubrique
Articles de recherche empirique